lundi 19 mai 2014

Anne Percin dans Je Bouquine - Ma mère (son cancer) et moi

Dans le Je Bouquine de ce mois de Mai 2014, le Roman est d'Anne Percin ... 

Ma mère (son cancer) et moi 
d'Anne Percin 
Illustrations d'Aline Bureau
Bayard Jeunesse 
Le jour où Tatiana découvre que sa maman est atteinte d'une maladie grave, son monde vacille. Et Tania va se battre. Pour sa mère, pour elle, pour leur vie ... La maladie n'a qu'à bien se tenir ! 

Ce Je Bouquine, il me le fallait, ABSOLUMENT. Car j'aime la manière dont Anne Percin écrit, et parce que je voulais savoir comment elle parlerait de la maladie, qui peut toucher un parent. Le cancer, est un sujet sensible pour moi en ce moment, j'avais déjà fait une sélection, ICI

Je ne réussirai pas à transmettre les émotions ressenties lors de la lecture de ce roman Je Bouquine, avec justesse. Mais je peux essayer ... 
Comme Anne Percin le dit dans l'interview, mise à la suite dans le magazine, elle a voulu dédramatiser, jouer avec l'humour. Elle sait bien le faire, tout en conservant la gravité de la situation. Elle livre aussi la colère de l'adolescente, ou peut être était-ce la mienne qui transpirait dans ma lecture ? Je ne sais pas trop ... Dans tous les cas, passez à la maison de la presse, ou allez à la bibliothèque, pour découvrir ce Je Bouquine. Pour une fois, il n'est pas question d'un adolescent atteint d'un cancer, mais de son point de vue, face à la maladie du parent. 

Aussi une manière de se demander, si là, dans la classe, pas loin, il n'y a pas un camarade dans cette situation, et qui pourrait avoir besoin d'une petite dose de compréhension, de bonne humeur... 

J'aimerai bien que cette histoire, se prolonge et bénéficie d'une publication, comme pour ces deux autres Je Bouquine. Un roman plus long, pour en savoir plus, pour aller plus loin avec ces personnages. Même si j'ai une boule dans le ventre, en pensant à la possibilité que l'histoire ne se finisse pas bien, celle de Tatiana, de sa maman, et celle qui se déroule, là, dans la vraie vie. En réalité, je ne veux pas connaître la fin de l'histoire, je ne veux pas qu'il y ait une fin ... 


Rien à voir ... Car là j'ai besoin, de changer de sujet ... 

En feuilletant le Je Bouquine pour la première fois, je me suis dit: 
Trop cool ! Il y a de nouveau les BD d'Henriette. 
Ah non !... C'est un revival pour les 30 ans de Je Bouquine. Un anniversaire qui me donne un coup de vieux... 
Mais quand même, ça fait plaisir de retrouver Henriette. Il lui manque juste un smartphone ! Là, il est question de l'arrivée d'un ordinateur et de la connexion internet chez elle. En (re)lisant ce passage, j'ai entendu en fond sonore, le modem 56k qui bippait ! 


Pour aller encore plus loin ... 

Du même auteur j'ai aussi lu ces romans: 

N'importe où hors de ce monde
Anne Percin
Oskar, 2009.

Quatrième de couverture:
Diane a seize ans, des cheveux dans les yeux et pas beaucoup d'amis. Au lycée, elle appris l'habitude de passer inaperçue. Et même, parfois, elle disparaît: pas besoin de pouvoirs magiques, pour cela une maladie suffit ... Diane aime la musique, les garçons qui ont de beaux yeux et la poésie... Alors, puisque le monde est beau, tout de même; et qu'on y est jamais aussi seul qu'on le croit, elle va trouver un moyen d'exister aux yeux des autres, un moyen fort, efficace comme un coup de poing, rouge comme un drapeau révolutionnaire, rouge comme un rideau de théâtre, rouge comme un coeur bat .. 

Un morceau d'adolescence, comme Anne Percin sait si bien nous les livrer. Un combat contre soi, contre les autres. Une recherche de soi. La découverte des autres. Pas forcément le roman qui m'a le plus plu de cet auteur, tout en demeurant un bon moment de lecture. 

**************************************

À quoi servent les clowns ? 
Anne Percin 
Le Rouergue, 2010. 

Quatrième de couverture : 
Aux abord de Saint-Dizier, un tout jeune tigre échappé de cirque Ramon vagabonde .. La vie de Mélinda, déjà bien compliquée va prendre un virage à 180 degrés ! 

Le bord d'une route, une aire de stationnement, sur laquelle pas grand monde ne passe, un manque d'argent, une mère et ses deux filles. 
Et puis ce tigre ... 
Au début, je ne voyais pas d'issue à la vie de Mélinda. Tout semblait aller dans le mur. Comment aller continuer le roman ?
Et puis ce tigre ... 
Un événement étrange, un événement digne d'un fait divers qui pourrait faire 5 lignes dans le journal du coin. 
Et puis ce tigre ... 
... fait complètement basculer la vie de Mélinda. J'ai aimé sentir la situation se retourner, j'ai aimé le chemin pris par l'auteur. 

Un coïncidence, un peu de chance. Ce roman m'a laissé une bonne impression alors que je l'ai refermé. Il m'a fait peur et sourire en même temps. Il est assez court, et pourrait s'adresser à des lecteurs un peu plus jeunes, que le lectorat habituel d'Anne Percin.  

À découvrir, si vous ne connaissez pas encore ce titre d'Anne Percin. 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire