lundi 6 avril 2015

No Pasaran, le jeu - Une citation pour le lundi

Un roman incontournable que j'ai découvert, avec 15 ans de retard, 
Un roman qui évolue avec son temps entre 1996 et 2012, 
Un roman qui passe des disquettes souples à internet, 
Un roman, qui est en réalité une trilogie. 
Un roman à découvrir de toute urgence. 
"Mais, manipulant la disquette avec d'infinies précautions, il songea que ce n'était pas un jeu non plus. Pas un jeu dont il comprenne les règles, en tout cas. C'était autre chose. Quelque chose plus complexe, de plus riche, de plus dangereux. Quelque chose comme la vie. Et seul, perdu dans une ville quadrillée de soldats allemands et de policiers, muni de papiers d'identité qui n'étaient pas les siens, il songea, pour la première fois, que si cette nouvelle vie était un jeu, c'était un jeu sans point de sauvegarde. Comme toutes les vies."

No pasaràn, le jeu de Christian Lehman, L'école des loisirs, édition de 2012 regroupant


  • No pasaràn, le jeu, L'école des loisirs, 1996,
  • Andreas, le retour, L'école des loisirs, 2005. 
Quatrième de couverture: 
Éric et Thierry n’avaient jamais prêté attention à cet insigne sur la veste en cuir de leur copain Andreas. Une vieille décoration militaire parmi beaucoup d’autres. Jusqu’au jour où, dans une boutique de jeux vidéo à Londres, le vendeur, un vieil homme, avait pointé l’index vers l’insigne. Il était devenu livide, s’était mis à crier. Puis il leur avait donné le jeu, leur avait ordonné d’y jouer. Dans la boîte, une simple disquette. Et pourtant, ce qu’ils voyaient sur leur écran d’ordinateur dépassait de loin tout ce qu’ils auraient pu imaginer. – Choisissez votre mode de jeu, avait demandé la voix. L’Expérience ultime n’est pas seulement un jeu vidéo, mais plutôt un passeport vers l’enfer, qui les renvoie dans le passé, sur le Chemin des Dames en 1917, à Guernica sous les bombes en 1937 ou à Paris pendant les rafles de juillet 1942… Éric et Thierry vont s’y brûler. Andreas, aveuglé par ses obsessions, va s’y perdre. À moins que ses deux camarades tentent l’impossible pour le ramener.
********************************************
No pasaràn, Endgame de Christian Lehman, L'école des loisirs, 2012. 

Quatrième de couverture: 
Et si l’Expérience ultime n’était pas seulement un jeu vidéo mais un moyen de remonter le temps ?
Éric est retourné dans ce qu’il croyait encore être un jeu pour libérer Andreas. Au moment où il l’a retrouvé dans le Paris de 1942, son ancien camarade de classe lui a échappé et s’est enfui avec la disquette. Perdu pour de bon. Lâché, tel un monstre, dans la France de l’Occupation. Prêt à tout pour renverser le cours de l’Histoire et faire gagner le camp des bourreaux !
Qui peut encore l’arrêter ? Éric et Thierry sont désormais hors jeu. Gilles, le frère d’Éric, reporter de guerre, se porte volontaire pour retourner dans une France vert-de-gris, où des policiers français traquent des enfants, où des miliciens prêtent main-forte aux nazis. Il n’aura aucun droit à l’erreur, ni dans le jeu ni dans la vie réelle. Car il n’y a pas de point de sauvegarde. Il n’y en a jamais eu…

En Bonus ... 
Christian Lehman, c'est aussi un compte Twitter très actif. Celui d'un "Médecin généraliste, romancier, geek-vintage". 

Christian Lehman, c'est aussi La Citadelle des Cauchemars, paru en 1998. 

1 commentaire:

  1. Je n'ai lu que le premier. Mais je vais chercher les autres car l'histoire m'avait captivée.

    RépondreSupprimer