vendredi 18 mai 2012

Doglands - Tim Willocks

Doglands 
de Tim Willocks
Syros, 2012
Traduit de l'anglais par Benjamin Legrand

Quatrième de couverture: 
Ses muscles se lancèrent dans un double galop. Ses coussinets martelaient la roche. Son sang de lévrier lui donnait vitesse et puissance. Son sang de chien-loup, endurance et courage. Au lieu de se sentir plus faible, il se sentait plus fort. Et alors il comprit quelque chose d'extraordinaire. Même si le tunnel était noir comme une nuit sans étoiles, et alors même qu'il courait à toute vitesse, il ne se heurtait pas aux parois qui n'étaient qu'à quelques centimètres de lui. Furgul ne savait pas pourquoi. Il ne faisait que courir. Puis un vent étrange souffla, venu du tunnel derrière lui. Et - comme si un fantôme avait chuchoté à son âme - Furgul entendit l'appel des Doglands.



Pour parler de ce livre, je vous propose une revue de presse, une revue internet, et une revue radiophonique ! C'est par ICI, faites votre choix. Bonne lecture !

Mon coup de coeur, si vous ne deviez retenir qu'une seule chose à lire ou à écouter, c'est ça :


L'émission de Télérame Cercle Polar #91 est très bien aussi. D'ailleurs cette émission est téléchargeable. 

J'ai essayé de fouiller ici et là, bien dans les petits coins, mais j'ai surement oublié des critiques, des articles, n'hésitez pas à me le dire en commentaire. 

Mon avis
Ce livre est étrange. Il nous emmène dans de grandes étendues de Nature, mais il débute dans une cage toute petite au milieu d'un élevage de chiens peu respectueux  de la qualité de vie de ses pensionnaires. Furgul aura vu lors de son périple, des lieux diverses, il sera plus ou moins bien traité. De la domestication à la violence extrême, Furgul devra affronter se destin.  
Les mots sont durs. La colère gronde, mais les chiens domestiqués ont parfois du mal à prendre le dessus sur les hommes. Il y a de la peur, de la révolte, une soif de liberté. 
L'écriture de Tim Willocks est exceptionnelle. Le rythme est soutenu. Pourtant il me manque une chose pour que ce roman passe pour moi de Très Bon Livre à Coup de coeur : un peu plus d'empathie vis-à-vis des chiens, un petit je-ne-sais-quoi qui m'aurait permis de me glisser complètement dans le pelage de Furgul. 

L'avis de mon libraire: 
" Mais c'est complètement ouf ! Au bout de 20 pages, on est un chien, on vit pour les chiens, on a envie de sauter à la gorge de tous les hommes qui enferment les chiens et leur font du mal. Vous devez absolument lire ce livre. C'est énorme !" 

Voilà c'est un bon résumé ! Très bonne lecture à tous avec Doglands j'espère !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire