lundi 21 mai 2012

Imago - Nathalie Le Gendre

Imago 
de Nathalie Le Gendre
Syros, 2011.

Quatrième de couverture: 
Depuis un mystérieux cataclysme, le peuple K'awil vit retiré du monde, au coeur d'une montagne tout en labyrinthes et en jeux de lumière, protégé des regards par une jungle luxuriante. Dans cette société composée de sept clans aux prérogatives bien définies, ce sont les femmes qui règnent en maîtres. 
Parce que sa soeur vient de mourir, tuée par un K'tioni, monstrueux tigre aux dents de sabre, la jeune Neï se voit investie d'une lourde mission: c'est elle qu'il revient de prendre en charge le bébé de sa soeur, une petite fille, tout juste née et, surtout, elle est désormais pressentie pour devenir la chef du clan des armuriers. Alors qu'elle s'apprête à passer son imago, le rite du passage des K'awils pour devenir adulte, Neï découvre que les T'surs, les hommes blancs, se sont introduits sur le territoire de son peuple, rompant un pacte conclu des décennies plus tôt. 




Pourquoi ce livre maintenant, alors que je l'ai lu il y a plus d'un mois ? Pour vous parler du Grand Prix de l'Imaginaire 2012. Lorsque j'ai planifié ce billet, le roman Imago était nominé dans la catégorie Roman Jeunesse Francophone. Après une deuxième sélection, il ne peut plus remporter ce prix littéraire. 
Peu importe je vous parlerai du prix, et du livre également. Je ne change pas ce que j'avais prévu ! 

Le Grand Prix de l'Imaginaire est un prix littéraire qui existe depuis plusieurs années (pour plus d'infos.... ICI), je m'y intéresse plus récemment car il est remis lors du festival international du livre et du fil des Etonnants Voyageurs, qui se déroule à Saint Malo, près de chez moi. Voici la réponse à la question, pourquoi Imago maintenant ? Parce que le festival des Étonnants Voyageurs se déroule ce WE, les 26-27-28 mai. Alors à vos agendas. Et on prend une journée, pour venir à Saint Malo. (plus d'infos... ICI) Personnellement, j'essayerai de m'y rendre le lundi 28 mai. 

En ce qui concerne le livre Imago de Nathalie Le Gendre... Au début, j'ai eu peur de la jungle. Je ne sais pas pourquoi, mais je préfère les romans "urbains". Je ne sais pas si cette expression existe, mais c'est celle qui me vient à l'esprit, là comme ça. J'ai eu raison d'avoir peur, en effet, l'histoire de Neï est très liée à la Nature. J'ai eu tort également, car la Nature est belle dans ce roman, elle peut être hostile parfois, mais le plus souvent, elle est source de réconfort pour la jeune fille. 
Il est difficile de savoir si l'action se déroule dans le passé, ou dans le futur, dans la grande majorité du roman. On suit Neï de mauvaises nouvelles en mauvaises nouvelles. Le lecteur l'accompagne aussi dans son imago, ce rite de passage à l'âge adulte. Elle doit apprendre de nouvelles règles et endosser de lourdes responsabilités. 
Puis l'intrigue se dénoue. On comprend. On y voit plus clair. Tout est lié. 
J'ai aimé la construction de ce roman, le travail de l'auteur est excellent. Elle a réussi à m'embarquer aux côtés de Neï alors que je me méfiais de sa grand-mère et de la vieille sorcière Ix Chel. En fin de compte, cette société régit par des femmes m'a plu. 

Énorme coup de coeur pour la couverture, qui correspond très bien au roman. 

J'ai cherché à lire d'autres romans écrits par Nathalie Le Gendre, j'ai trouvé un Mini-Soon... Affaire à suivre ... 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire